grece_meteores_10


Un lieu assez stupéfiant pour son énergie tellurique et spirituelle est le monastère en
Grèce situé au sommet de l'un de ces pics rocheux, vertigineux : les Météores.


Grande



Dans ce monastère, sous un énorme lustre, il y a au sol dans le carrelage une grande rosace. Lorsqu'on se place au centre, on ressent un courant ascensionnel comme si on était placé au-dessus d'une soufflerie, bien que ce ne soit pas un vent, mais un souffle d'énergie...

J'étais avec des amis : tous ont ressenti la même chose bien qu'ils n'étaient pas particulièrement des adeptes du magnétisme, n'avaient pas particulièrement une sensibilité très développée.

Si vous avez l'occasion d'y aller... non seulement ce sera une expérience hors de l'ordinaire mais... la vue est magnifique aussi... et bien méritée après la longue montée par des escaliers sculptés dans le roc !La Grèce, et plus particulièrement les Météores,
ne fût pas pour nous une destination, mais plutôt un choix de visite sur un retour
pour la France en provenance d'un voyage en Géorgie et en Arménie par voie terrestre, pendant l'été 2005.
Météores - Grèce
Météores - Grèce
Météores - Grèce

Les Météores de Grèce ne sont pas des astéroïdes tombés du ciel ! Quoique ce phénomène géologique unique au monde soit difficile à déterminer par les géologues. L'hypothèse la plus communément évoquée serait que ces pitons de grès (dont certains dépassent les 300 mètres de hauteur) auraient été sculptés par l'érosion fluviale au cours de l'ère tertiaire. Pendant des millions d'années, ce fleuve se déversait dans une profonde gorge d'un bras de mer

qui couvrait alors la Thessalie. Lorsque celle-ci trouva un débouché dans la mer Égée par la rupture des monts Olympe et Ossa, ce massif, sous l’action des intempéries et des secousses sismiques, se disloqua et donna naissance à cet étrange paysage.

Météores - Grèce
Météores - Grèce
Météores - Grèce
Météores - Grèce
Au sommet de ces monts célestes, des moines s'étaient installés dès le XIe siècle, cherchant la solitude sur ces éminences rocheuses, mais qui les rapprochaient aussi de Dieu. La plupart de ces "Meteorisa monastiria" (monastères suspendus) sont aujourd'hui en ruine. Seuls six d'entre eux subsistent, dont trois habités, et sont encore ouverts aux visiteurs. Les moines ont peu à peu formé une importante communauté d'ermites, et, entre le XIVème et le XVIème siècle, 26 monastères ont été construits, surplombant ainsi la vallée du Pinde. On ne sait pas exactement quand les Météores ont été habités pour la première fois, en effet toutes les sources écrites qui existent datent uniquement de l'ère monastique. Ces sont des monastères dit cénobitiques, c'est à dire que tout est mis en commun : l'argent, les vêtements, le travail, la prière ; l'autorité suprême est assurée par un conseil guidé par un Higoumène (supérieur spirituel d'un monastère orthodoxe).

Météores - Grèce

Météores - Grèce
Météores - Grèce
Météores - Grèce
Comme il n'y avait pas d'accès en ce temps là, les moines montaient à l'aide d'échafaudages successifs, qui se fixaient sur des poutres calées dans les trous du rocher. Pour se protéger des invasions, ils vivaient encore dans des grottes qui leur servaient de refuges, puis commencèrent à construire ces monastères à l'aide d'échelles articulées, de monte-charges démontables. Tout fut ainsi acheminé dans des paniers, actionnés par des cordages, que l'on descendait le long de la paroi rocheuse et remontait à bras, jusqu'au monastère......... Ce n'est qu'à partir de 1920 que ces échafaudages furent remplacés par de très longues échelles et des passerelles, qui donnaient le vertige aux arrivants.


Météores - Grèce

En nous promenant au milieu de ces rochers abrupts, nous avons aperçu dans une cavité de la roche du linge qui semblait sécher au soleil. Me doutant bien que ce n'était pas la dernière lessive de la mère Denis, je pris tout de même la photo, me disant que l'on trouve toujours ce que l'on cherche sur Internet ! et j'avais bien raison, car en voici l'explication : chaque vendredi de Pâques les femmes des villages (Kalambaka et de Kastraki) offrent aux jeunes hommes des pièces d'étoffe, dans le but d'aller les accrocher tout là haut et ainsi d'honorer Saint Georges, le saint de cette chapelle improvisée. Cette coutume viendrait de ce qu''un jour un bûcheron qui se serait gravement blessé à la jambe aurait promis, s'il guérissait, de donner tous les vêtements de sa femme..........