Cambodge : la splendeur retrouvée du Bapuon

Cambodge : la splendeur retrouvée du Bapuon

La reconstruction du temple du Bapuon, sur le site d'Angkor, sera très officiellement inaugurée dimanche prochain au Cambodge. Retour sur l'extraordinaire histoire du plus grand chantier de restauration archéologique du monde.

Au fil des rénovations, la nature reprend ses droits sur les pierres du Bapuon, qui reverdissent très vite... C'est un puzzle de 300.000 blocs que les archéologues ont dû remonter! (Bernadette Arnaud)

 

Au fil des rénovations, la nature reprend ses droits sur les pierres du Bapuon, qui reverdissent très vite... C'est un puzzle de 300.000 blocs que les archéologues ont dû remonter! (Bernadette Arnaud)
 

Le temple du Bapuon, à Angkor, au Cambodge, l’antique Montagne d’Or des anciens Khmers dont la restauration vient de s’achever, sera inauguré dimanche 3 juillet par le roi Norodom Sihamoni et le premier ministre français François Fillon.

Cette cérémonie célèbrera la fin des 16 années de travaux acharnés menés sous l’égide des équipes de l’EFEO (Ecole Française d’Extrême-Orient) et de l’architecte Pascal Royère. Après bien des vicissitudes, le majestueux «temple montagne» et ses 300.000 blocs de grès démontés, a recouvré son aspect d’origine (lire l’article ci-dessous, paru dans Sciences et Avenir en mars 2008).

Le Bapuon (ou Baphuon) a été bâti au milieu du XIème siècle, un siècle avant Notre Dame de Paris (1163). L’imposant monument à gradins érigé au centre de la cité royale d’Angkor Thom, l’ancienne capitale historique des souverains Khmers, pointe désormais son dôme au-dessus de la canopée.

Plan du Bapuon ( École française d’Extrême-Orient, Fonds Cambodge)

Cette opération archéologique, une des plus importantes menées par la France, aura coûté au total près de 10 millions d’euros. Classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco, les sites archéologiques d’Angkor et leurs temples sont situés à 8 km au nord de la petite ville de Siem Reap, au cœur du Royaume du Cambodge.

 

Le Baphûon est un temple du complexe monumental d'Angkor au Cambodge. Il se situe dans l'enceinte d'Angkor Thom, entre le Palais Royal et le Bayon.

 

Le Baphûon fut construit vers 1060, sous le règne deUdayādityavarman II, qui régna de 1050 à 1066, à la gloire de Shiva. Il fut un temple d'État, connu comme la « montagne d'or » (svarnādrī).

Il se dressait au sommet d'une colline artificielle, mais avait pratiquement disparu avant d'être dégagé et consolidé en plusieurs étapes de 1908 à 1918, par l'École française d'Extrême-Orient, sous la direction de Jean Commaille1. Assassiné en 1916, il est remplacé par Henri Marchal1.

D'importants éboulements, notamment en 1943, ont obligé à reprendre la consolidation en 1950. À la fin des années 1960, il est décidé de démonter le temple bloc par bloc en les numérotant : cette opération d'anastylose doit durer dix ans1. La guerre civile cambodgienne (1967-1975) interrompt les travaux en 1971, et les différents relevés et archives sont détruits1. Le conflit indochinois (1978-1999) qui suit provoque la fin du projet, et les ruines du Baphûon sont laissées à l'abandon1.

Envahi par la végétation, il est en restauration depuis 1995, dans un projet de dix millions d'euros soutenu par l'EFEO, sous l'égide des architectes Jacques Dumarçay et Pascal Royère, dirigeant une équipe de 300 ouvriers cambodgiens1. L’inauguration du Baphûon restauré est prévue le 3 juillet 2011, en la présence du roi Norodom Sihamoni et du premier ministre français François Fillon1.

Le Baphûon est une pyramide à cinq gradins de 145 mètres sur 150, composée de 300 000 pièces degrès de 500 kg chacune, toutes sculptées et uniques1. On suppose qu'il était jadis entièrement couvert de plaques de bronze, afin de faire ressembler la colline artificielle au mont Meru.

Ses bas-reliefs en cartouches racontent notamment le Ramayana1Le temple a la particularité d'avoir subi un profond remaniement (très postérieur à sa construction, peut-être au xve siècle) dans sa structure pour constituer un gigantesque Bouddha allongé, au deuxième étage de la face ouest[réf. nécessaire].

 

↑ abcdefgh et i Florence Evin, « Un puzzle de pierres au cœur du Cambodge [archive] », Le Monde Magazine, le 24 juin 2011

A lire :

Pascal Royère, Histoire architecturale du Baphuon, Université de la Sorbonne nouvelle, Paris, 2002, 2 vol., 329 p. + pl. (thèse de doctorat d'Histoire et archéologie du monde indien)

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Mickael Fauque Guérisseur magnétiseur énergéticien, sourcier, géobiologue diplômé de la fédération francçaise de géobiologie et de l'école de géobiologie "l'atelier feng shui"
Mickael Fauque Guérisseur magnétiseur énergéticien, sourcier, géobiologue diplômé de la fédération francçaise de géobiologie et de l'école de géobiologie "l'atelier feng shui"

CONTACT

info@biorespire.com

06.68.15.75.57

 

Le Blog de biorespire
Le Blog de biorespire
stages et conférences
stages et conférences
la géobiologie
la géobiologie
guerisseur
guerisseur
le sourcier et l'eau
le sourcier et l'eau
l'expertise
l'expertise
L'harmonisation
L'harmonisation
La dynamisation
La dynamisation
Le tracé régulateur
Le tracé régulateur
Construction saine
Construction saine
Géobiologie archéologique
Géobiologie archéologique
pollutions élèctromagnétiques
pollutions élèctromagnétiques
Tarifs et devis
Tarifs et devis