mer.

18

mars

2015

La permaculture, cet art de vivre qui nous veut du bien !

La permaquoi ? La permaculture est un ensemble de principes et de pratiques mêlant entre autres écologie, agriculture biologique, paysagisme, éthique et philosophie afin de cultiver la terre de manière à la laisser durablement fertile, en adéquation avec l’écosystème en place par mimétisme en rapport aux milieux naturels, notamment forestiers. Le but étant de produire de la nourriture, principalement des fruits et légumes dans le respect de la nature, des êtres vivants et de leurs interactions, le tout avec le plaisir de marcher sur l’herbe fraîche du matin, les pieds en éventail.

Le néologisme vient de la contraction de « Permanent Agriculture » (Anglais) et fut inventé dans les années 70 par Bill Mollison et David Holmgren. Bien que n’étant pas forcément des pionniers dans le domaine, leurs travaux en matière d’agronomie, leurs vertes conceptions écologistes ainsi que leur engagement en faveur de la cause environnemental font d’eux des références presque unanimes dans les milieux de l’agriculture biologique. David Holmgren dit de la permaculture qu’elle regroupe les diverses idées, aptitudes et modes de vie devant être redécouverts et développés afin de pourvoir à nos besoins tout en accroissant le capital naturel pour les générations futures.

Cette discipline se distingue des autres paradigmes agricoles par son approche systémique et holistique, aux antipodes des monocultures usuelles souvent traitées aux pesticides et autres engrais chimiques. Elle tend à inclure plusieurs types de végétaux et d’animaux en un harmonieux biotope visant à optimiser leur rôle, leur liens et leur utilité respectives plutôt que de chercher à maximiser le rendement d’une seule entité au détriment des autres, résultant en une perte à plus grande échelle. Ce déficit peut être d’ordre énergétique, qu’il s’agisse d’une sur-utilisation d’énergies fossiles ou/et de labeur humain, d’appauvrissement des sols en minéraux et biodiversité ou bien de pollution des lieux (Humus, nappes phréatiques, etc…).

Par exemple, une infestation d’escargots ou de limaces qui parfois ravage les jardins de vivaces peut se combattre bien plus efficacement par un raid de canards mercenaires que par des produits onéreux, peu efficaces, demandant beaucoup de travail et polluants. Les cochons ou les poules aussi s’avèrent être de parfaits acteurs en matière de défrichage écologique, laissez-les donc jouer suffisamment sur un lopin de terre et assistez au théâtre de la nature faisant son œuvre.

D’ailleurs, le « laissez-faire » et la confiance à l’endroit de l’homéostasie de la nature dans sa globalité est un aspect fondamental de la permaculture, si le cadre de la plantation est bien pensé et agencé, elle ne nécessitera que peu d’entretien et d’apports extérieurs pour une rentabilité n’ayant point à rougir. Arriver à ce résultat requiert cependant une connaissance aigüe des mécanismes naturels en présence et une compréhension profonde des relations inter-espèces (faune et flore), ainsi, la permaculture s’apparente à une science, bien que n’en suivant pas la méthode stricto sensu et est souvent considérée comme telle par ses protagonistes. Ces derniers suivent pour la plupart des cours et stages de formation presque indispensables en cette ère où le savoir-faire ancestral des civilisations agricoles se perd inexorablement. Se lancer dans la permaculture, malgré son humble allure, n’est donc pas chose à improviser suite à un petit coup de blanc ou deux.

De par son ancrage profondément éthique, l’élan de la permaculture contient intrinsèquement une dimension politique et sociale non négligeable. En effet, elle va à contre-courant de l’establishment ambiant en place prônant la croissance économique à tout prix ainsi qu’un individualisme forcené.

Suite+vidéo supplémentaire sur Agoravox.tv

via les mouton enragés

http://lesmoutonsenrages.fr/2015/03/16/la-permaculture-cet-art-de-vivre-qui-nous-veut-du-bien/#more-78889

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Mickael Fauque Guérisseur magnétiseur énergéticien, sourcier, géobiologue diplômé de la fédération francçaise de géobiologie et de l'école de géobiologie "l'atelier feng shui"
Mickael Fauque Guérisseur magnétiseur énergéticien, sourcier, géobiologue diplômé de la fédération francçaise de géobiologie et de l'école de géobiologie "l'atelier feng shui"

CONTACT

info@biorespire.com

06.68.15.75.57

 

Le Blog de biorespire
Le Blog de biorespire
stages et conférences
stages et conférences
la géobiologie
la géobiologie
guerisseur
guerisseur
le sourcier et l'eau
le sourcier et l'eau
l'expertise
l'expertise
L'harmonisation
L'harmonisation
La dynamisation
La dynamisation
Le tracé régulateur
Le tracé régulateur
Construction saine
Construction saine
Géobiologie archéologique
Géobiologie archéologique
pollutions élèctromagnétiques
pollutions élèctromagnétiques
Tarifs et devis
Tarifs et devis